Rédaction : Loris Vitry (coach personnel)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Pour votre santé, référez-vous obligatoirement à votre médecin.


La claustrophobie, à l’instar des autres phobies humaines, est un trouble anxieux qui atteint autant les hommes que les femmes.

Elle touche de plus en plus de personnes à travers le monde et peut s’avérer très invalidante lorsqu’elle n’est pas traitée.

Des experts en psychanalyse et psychothérapie ont mis en œuvre plusieurs méthodes qui permettent de traiter cette phobie.

Découvrez dans la suite une description brève de ce qu'est la claustrophobie et quelques traitements pour s’en défaire.

Claustrophobie : comment surmonter la peur des espaces clos ?

Qu’est-ce que la claustrophobie ?

La claustrophobie a divers symptômes et ses sources sont aussi nombreuses.

Quand dit-on qu’une personne est claustrophobe ?

On dit d’une personne qu’elle est claustrophobe lorsque cette personne a une grande peur des endroits clos ou restreints.

Les espaces qui sont souvent traités de clos sont :

  • Les ascenseurs
  • Les toilettes
  • Les dressings
  • Le métro
  • Le train
  • L’avion
  • Le bus
  • Les petites pièces
  • Les pièces sans fenêtres, etc.

Ces espaces s’étendent également aux pièces isolées aux sous-sols ou en hauteur telles que les greniers et les caves à vin.

Les crises de claustrophobie se manifestent par une sensation d’anxiété et l’impression de manquer d’air, voire d’étouffer.

Dans les cas les plus extrêmes, on peut assister à des crises de panique et/ou de déraisonnement.

Quelles sont les causes de la claustrophobie ?

La claustrophobie a de nombreuses causes possibles, la plus récurrente est le traumatisme.

En effet, lorsqu’une personne a connu une épreuve désagréable dans un lieu clos qui l’a traumatisé, elle développe une peur.

Lorsque cette peur n’est pas surmontée, elle se transforme en alerte de danger qui implique l’évitement des espaces clos.

De plus, lorsque ce traumatisme survient dans l’enfance, la claustrophobie de l’intéressé est plus prononcée.

Un stress excessif vécu par une femme lors de sa grossesse peut déteindre l’enfant.

Celui a de fortes chances de devenir claustrophobe : on parle de prédispositions génétiques.

Quelques solutions pour surmonter la claustrophobie

Pour venir à bout de trouble, il existe plusieurs solutions.

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC)

Il s’agit d’un ensemble de procédés régis par un même principe qui stipule de désapprendre au cerveau d’une personne claustrophobe une crainte ; lui montrer que sa crainte n'est pas fondée.

De manière pratique, il s’agit d’amener le cerveau à faire la nuance entre la peur et le danger réel.

Pour ce faire, il faut procéder en deux grandes étapes.

La première consiste à faire reconnaître son état au claustrophobe et lui faire affirmer sa volonté à surpasser cet état.

Ensuite, il faut traiter la partie cognitive de la claustrophobie.

Celle-ci implique de faire des simulations tenant lieu de mises en situation de façon répétée pour corriger progressivement ce comportement.

Les thérapies d’exposition à la réalité virtuelle

Basées sur l’évolution de la technologie, notamment celle de la réalité virtuelle, ces thérapies sont d’une efficacité prouvée pour surmonter la claustrophobie.

En effet, elles consistent à visualiser des simulations virtuelles en 3D, à l’aide d’un casque de réalité virtuelle.

Ces simulations sont conçues pour vous prouver que votre phobie est injustifiée.

Le caractère amusant de cet exercice permet de mieux intéresser la personne claustrophobe pour surmonter sa peur.

La durée de ce traitement dépendra essentiellement de l’intensité et de la profondeur du traumatisme à la base de la phobie.

Ces types de thérapies se révèlent des versions modernisées de celles cognitives et comportementales.

Les traitements médicamenteux

Il s’agit de méthodes qui ne sont pas toujours nécessaires, mais exclusives aux cas les plus extrêmes tels que l’agoraphobie.

Ces traitements consistent à faire prendre des médicaments au patient pour limiter ses crises de paniques et leurs conséquences.

Ces médicaments, pour la plupart, sont des sédatifs, des anxiolytiques, des antidépresseurs, pour endormir ou faire baisser l’anxiété.

L’utilisation d’huiles essentielles

Elle consiste à ingérer par voie olfactive ou cutanée des huiles essentielles douces possédant des vertus relaxantes.

Il s’agit des huiles d’oranges, de petits grains bigarades, de néroli, etc.

Parmi tous ces traitements, la respiration régulière est une technique classique permettant d’éviter le stress qui déclenche les crises chez les claustrophobes.

N’hésitez donc pas à y recourir pour réduire significativement vos crises.

Elle permet de réduire le stress.


Lire aussi :

Comment peut-on développer son don de voyance ?

Coenzyme q10 : bienfaits et dangers pour la santé ?

Catégorie : Phobies