Rédaction : Loris Vitry (thérapeute holistique)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Pour votre santé, référez-vous obligatoirement à votre médecin.


Les jeux vidéo comptent de plus en plus d'adeptes dans le monde.

Bien que ce soit un passe-temps constructif, certaines personnes ont tendance à s'y réfugier constamment.

Elles deviennent très vite dépendantes et subissent de ce fait les conséquences de leurs addictions.

Vu l'étendue des dégâts que ce fléau crée auprès de ces victimes, il est impératif de trouver des solutions adaptées pour y remédier.

La dépendance aux jeux vidéo, comme beaucoup d'autres addictions touche toutes les tranches d’âge, qu’il s’agisse des adultes, des adolescents ou des enfants.

Addiction aux jeux vidéos : comment arrêter de jouer ?

 

L'addiction aux jeux vidéo, de quoi s'agit-il ?

La dépendance aux jeux vidéo, appelée Game Disorder est considérée comme une maladie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) elle-même.

Selon elle, l’impact négatif de la perte de contrôle et du jeu prolongé sur la vie quotidienne peut se manifester par une dépendance.

La durée minimum pour considérer de tels troubles comme une maladie à part entière est de 12 mois.

En ce qui concerne les jeux électroniques, plusieurs signes permettent de détecter le problème aussi bien chez les adultes que chez les adolescents.

Les joueurs accros aux jeux en ligne abandonnent progressivement leurs propres activités au profit du jeu qui devient dès lors leur source d'inspiration principale.

Pour les jeunes, les résultats scolaires diminuent et pour les adultes, des difficultés professionnelles surgissent de tous les côtés.

La mauvaise alimentation, le mauvais sommeil, l'état d'anxiété, l'agressivité et la tristesse sont aussi des symptômes d'une dépendance.

Les solutions envisageables

La première solution consiste bien entendu à prendre conscience de son addiction dans les jeux vidéo.

Parfois, les joueurs ont le sentiment d’avoir perdu la capacité de contrôler leur passion et commencent à demander de l’aide.

Que ce soit leurs familles ou simplement leurs amis, il est important de les rassurer.

Ce sera à eux de trouver les solutions dans de brefs délais afin de limiter les dommages.

Dans certains cas, c'est le joueur accro qui décide de se soigner après avoir remarqué une anomalie.

Si vous êtes concerné, ne vous sentez surtout pas coupable de la récidive.

Après des mois, voire des années de jeu pathologique, ces situations ne sont pas rares, surtout lorsqu’il y a des situations stressantes ou des événements douloureux.

Lorsque vous comprenez que vous glissez, forcez-vous à garder une certaine distance par rapport au jeu concerné. Elles finiront par partir d'elles-mêmes au fil du temps.

Inscrivez-vous aussi à une cure pour mieux faire face au problème ou parlez-en à votre psychologue.

L'essentiel est de ne pas avoir honte de votre état en vous soumettant à toutes les options de guérisons possibles.

Les actions des parents pour aider leurs enfants à arrêter les jeux vidéo

Si vous pensez que votre enfant ou adolescent est accro aux jeux vidéo, parlez-lui plutôt que de l'obliger à suivre des conférences sur le sujet.

Écoutez-le parler et donnez-lui des conseils.

Pour réussir votre mission, essayez de comprendre pourquoi il aime les jeux vidéo et ce qui le motive à se concentrer sur cette activité, nuisant ainsi à tous les autres jeux.

Vous pouvez aussi fixer des limites d’utilisation des jeux vidéo (jusqu’à 2 heures par jour en semaine ; 4 heures par jour le week-end), et établissez une vraie dynamique familiale (repas partagés, temps de discussion, activités et projets communs).

Encouragez-le à participer à des activités de groupe (sports, musique, voyages, etc.) susceptibles de l'intéresser.

Ne le blâmez pas pour ses échecs, ne louez pas son succès et ne l’aidez pas à se faire une image positive de lui-même.

Si la situation ne peut pas être modifiée avec vos meilleurs efforts, veuillez contacter un professionnel de la santé (psychologue, psychiatre, etc.) pour prendre le relais.

En suivant au maximum ces consignes et en acceptant de se faire aider, à terme, il sera possible d’arrêter cette addiction au jeu qui cause des comportements excessifs.

Pour cela, la meilleure solution reste la respiration qui ne procure aucun stress et qui s’avère très efficace pour s’en sortir.


Lire aussi :

Addiction aux écrans : je ne peux plus m’en passer ?

Aérophagie et stress : comment s’en sortir ?

Catégorie : Psychologie