Rédaction : Loris Vitry (thérapeute holistique)
Supervision : Cathy Maillot (ostéopathe)

Avertissement : Pour votre santé, référez-vous obligatoirement à votre médecin.


Le bégaiement est une altération de la parole qui perturbe le flux de communication de la personne sujette à ce dysfonctionnement.

Sa survenance est liée à plusieurs facteurs et ses symptômes peuvent varier d’un individu à un autre.

Fort heureusement, plusieurs solutions existent pour le maitriser.

Sur ce, comment arrêter de bégayer ?

Voici ce qu'il faut faire.

Bégaiement et stress comment arrêter de bégayer

Qu’est-ce que le bégaiement et comment se manifeste-t-il ?

Le bégaiement peut être défini comme une perturbation de la diction chez un individu.

Il se manifeste généralement soit par un attardement sur un son, soit par une prononciation répétitive d’une syllabe ou d’un mot.

Il provoque ainsi un ralentissement plus ou moins conséquent du débit de paroles et de communication chez la personne qui en souffre.

Parfois, il s’accompagne de certains tics tels que :

  • le clignement rapide des yeux,
  • la gestuelle inhabituelle des mains au moment de parler,
  • des grelottements au niveau des lèvres, etc.

Par ailleurs, le bégaiement peut subvenir de façon naturelle chez un enfant jusqu’à l’âge de 5 ans.

Au-delà, il devient problématique et mérite une prise en charge rapide afin de déterminer les causes afin de trouver le traitement adéquat.

Quelles sont les causes du bégaiement ?

L’apparition du bégaiement peut être liée à plusieurs facteurs.

D’un bègue à un autre, le trouble peut être génétique, psychologique et même neurologique.

Il est dit génétique lorsqu’une logique de transmission héréditaire est avérée dans le cercle familial de l’individu.

Autrement dit, il l’aurait hérité ces gènes d’un parent, lui aussi bègue.

Chez certains sujets porteurs, le bégaiement n'est pas du tout prononcé et peut donc passer inaperçu.

Quand le bégaiement a des causes psychologiques, c’est qu’il provient de situations comme l’anxiété, le stress, la fatigue ou tout autre état émotionnel.

Sont également sources de ce dysfonctionnement de la diction, un traumatisme crânien, une carence de dopamine dans le cerveau ou les accidents vasculaires cérébraux. On parle dans ce cas de bégaiement d’origine neurologique.

Comment arrêter de bégayer ?

Pour bénéficier d’un traitement efficace, les causes du bégaiement doivent être vite déterminées.

Une perturbation jusqu'à la maturité peut rendre complexe le processus de guérison.

Voici ce qu'il y a lieu de faire.

Consultez un spécialiste de la parole

En fonction de l’origine du bégaiement, il est possible de se référer soit à un orthophoniste, un psychologue ou un pédopsychiatre.

L’orthophoniste est le médecin par excellence du traitement des affections liées à la parole.

Il propose à travers des séances de rééducation, d’échanges, des exercices pour aider le bègue à retrouver un flux normal de communication.

Au cœur de ces activités, se trouve la gestion de la respiration, d’autant plus que bien respirer est important pour réussir l'articulation optimale des mots.

Le recours au pédopsychiatre ou un psychologue doit se faire en fonction de l’âge de la personne à traiter.

Cette démarche est plus adaptée lorsqu'il est question du bégaiement de type émotionnel.

Ces spécialistes aident le patient à retrouver une meilleure diction.

Cela dit, l'abandon des troubles émotionnels, le renforcement de la confiance en soi et la dissipation du stress sont déterminants dans le processus de rétablissement.

Évitez les situations stressantes

Le stress provoque souvent un empressement dans la manière d'agencer les mots.

C’est pour cela que l’une des solutions préconisées pour arrêter de bégayer réside dans l’adoption d’une attitude détendue et zen en tout moment.

Face aux situations contrariantes, il vaut mieux prendre sur soi.

Une légère pause en parlant ne vous ferait qu'un grand bien et vous permettra de mieux articuler.

Afin d’avoir cette attitude détendue, de fréquents exercices de relaxation sont à réaliser.

Enfin, se contrôler est certes bien, mais tant qu’une situation stressante peut être évitée, il vaut mieux vous en abstenir.

En somme, le bégaiement est plus un trouble de la parole qu’une maladie.

S'il existe plusieurs solutions qui ont fait leurs preuves, la gestion de la respiration reste la meilleure alternative pour cesser d'être bègue.


Lire aussi :

Balnéothérapie : une cure anti-stress 100 % naturelle ?

Bouffées de chaleur et stress : que faire ?

Catégorie : Crise d'angoisse